About

Bio

Stéphanie Probst (1986, Genève) est une artiste et photographe suisse diplômée Master en arts visuels à la HEAD-Genève en 2012. Sa recherche s’articule autour de l’identité, des femmes* et du rapport au corps et de la photographie analogique et expérimentale.
Les procédés photographiques analogiques lui permettent de faire un pas de côté afin de produire des images comme des empreintes de corps ou des portraits sur un temps long, pour sortir des représentations attendues du corps féminin. Ses projets sont réalisés collectivement lors de manifestations ou impliquent la participation active des modèles pour revenir à une relation horizontale entre l’artiste et le public.

Statement

Je cherche à créer des empreintes du réel, dans une démarche documentaire, sans pour autant rechercher la « congruence » visuelle. Dans ma pratique, j’invite le public et mes modèles à collaborer, à jouer avec moi. J’élabore des projets qui impliquent le public, ou l’on crée collectivement. Je m’efforce d’induire de l’horizontalité dans mon approche photographique.

Contact:

Mail : contact[at]stephanieprobst.ch
Instagram  : @stef_probst

Actualités :

Camera Intima & Body prints : Exposition à La Galerie, vernissage le 9 novembre
Playground : 28/29 octobre 2023 MAMCO/CPG/CAC : dispositif de médiation « analog live tv »
Fesses tival 2023 : Workshop body prints
Pavlovka Pinhole Fest’2023 : The Mirror , International festival of pinhole photography, Kyiv
Jouer contre des expositions (collective show), Experimental photofestival 2023, BCN
Experimental photobook : winner with the project Camera intima (to be published 2024)
BIG Biennale insulaire, Performance avec Experimental photoclub Geneva, 2023
Pavlovka Pinhole Fest’2023 : The Mirror , International festival of pinhole photography, Kyiv
Jouer contre des expositions (collective show), Experimental photofestival 2023, BCN
Experimental photobook : winner with the project Camera intima (to be published 2024)
BIG Biennale insulaire, Performance avec Experimental photoclub Geneva, 2023


Stephanie Probst is a swiss artist and photographer. She uses pinhole cameras and collaborative analog process to capture events or make portraits. Her practice explores the body of women, collectively and to claim space in the streets.

As a woman artist and photographer, I use analog and experimental photographic processes. I am interested about people and I do a lot of portraits. In my search I realised I wasn’t happy with most of the snapshots or classical portraits. This is why I tried different approaches to make photographic imprints, with pinhole or chemigrams, exploring duration and others dimensions, outside of the classical visual representation of bodies.”

Education & Residencies :
Resident artist FMAC Geneva, 2022-2025
Master of arts, HEAD – Geneva, 2012
Bachelor of arts, HEAD – Geneva, 2010

Prices / mentions / invited :
Experimental photofestival (BCN) 2023: Experimental photobook winner/ Publication 2024
Experimental photofestival (BCN) 2023: Shortlisted, for a soloshow with partner galleries
Experimental photofestival (BCN) 2023: Invited artist, 2023 (Workshop & roundtable)
Festival Photo Genève : Conference talk+ Round table, 2023
All About photo Magazine (AAP) #29 Women : Honorable merit mention, 2023
AAP Magazine Online portfolio,2023
Annual photography awards People : body/nudes : Honorable mention, 2023

Collective & solo Shows
Festival Photo Genève : Camera Intima, Exposition centrale, Université Webster, avril 2024
Experimental photofestival (BCN) 2024: Solo Exhibition Protest + Conférence, Juillet 2024
Corps en substance, La Collective : Exposition & performance, Janvier 2024
Exposition solo à La galerie des Grottes, Genève, Novembre 2023
Analog live TV, jeu d’artiste, espace Playground CPG/MAMCO/FMAC, 2023
Expo Solarigraphies, Journées du patrimoine, avec le collectif Ultrarécup, Genève, 2023
Jouer contre les expositions, collective show, Experimental photofestival, BCN, 2023
Experimental photoclub Geneva, installation évolutive lors de BIG biennale, Genève, 2023
Matières photographiques, Photocollective/Festival Photo Genève, 2023
Exp. 22, collective show, Barcelona, 2022
Lose control – Never ending Rhizome (online), 2021
Centre de la photographie Genève, (online), Covid série, 2019
Halle nord Capsules, Art b, 2019
Baz’art Wallpaper, 2019
DAF Festival, wallpaper, 2019
Big Sténopé en cabane – Valais, 2018
Centre de la photographie, Genève, Neoglobalidad 2017
Musée Rath, Genève, 2016 – Camera(auto)contrôle / “Révélations”, 2016
Digital Line, Sténopé Studio.(solo show) 2014-2015
Centre de la photographie, Genève,  Cherche appartement, 2013
Expo du grenier, Tokyo data collective, Lausanne, 2013
Espace Rien, Genève, Impasse Temps (solo show) 2013
Zabriskie point, Genève, Wacken (solo show), 2012
Freestudios, Genève, portraitistes genevois, 2011
Galerie Agent double, GNOK GNIK, 2010

Performances
Corps en substance, La Collective : Exposition & performance, Janvier 2024
Photographie collective, Grève féministe Genève, 14 juin 2023
Fondation Emile Dupont, inauguration quartier des Ouches, cabane à sténopé, 2022
La ville est à vous, Jonxion, cabane à sténopés, 2021
Bat’art festival, cabane à sténopé, 2021
Baz’art festival, street wallpaper, 2020
Baz’art festival, photomaton & zine, 2019
Wallis Wedding, cabane à sténopés, 2018
Biennale des arts indépendants Genève (BIG), big pinhole, 2017

Publications (see some online)

Camera Intima : Winner photobook, Experimental photofestival, 2023
30 Chimigrammes (self published), 2023
Short listed non-photobook : Exp.2022, Barcelona
Mouvement imaginaire, Grimaces éditions, 2021
Carmen M (self published), 2019
Impasse Temps (self published), 2012
Wacken (self published), 2012

Workshops :
Filmar festival, Filmarcito, pinhole room & portable movie theater for kids (pinhole), 2022
Archipel Butor (France) : pinhole & artist book workshop, 2021
https://www.archipel-butor.fr/evenement/workshop-stenope-creation-de-fanzine/
Atelier chez Simone, Worldwide pinhole day collective workshop, 2021
Zebra Lab : collective photobook (zine) workshop, 2020
Hopitaux universitaires Genève, soins psychiatriques, beer can pinhole workshop, 2015
Festival Black Movie, pinhole & darkroom worshop for kids, 2016
Godzillab, pinhole photography for kids, 2015

Workshops Zines (see online):
Archipel Butor, 2020
Zebra Lab, ZebraZine, 2020
Gazette du sténopé, 2019
Godzillab, 2017
Black Movie 1 / Black movie 2, 2016
HUG, 2015

Press reviews :
Debout les braves, 2022
Tribune de Genève, Valeria Mazzucchi, La recherche d’un appartement, 2013
Genève Active, Claude Hubert Tatot, Sténopé studio, 2013

Zine editor, zine librarian CV
Director, publisher & admin : La Mouche, journal collectif (2014-)
www.darksite.ch/lamouche
@la_mouche_zine

Director, curator & librarian : La fanzinothèque genevoise (2022-)
https://fanzino-ge.ch/
@fanzinoge
Revue de presse

Corps en substance – Perfo body prints

Performance avec Anais Virg réalisée lors de l’exposition Corps en substance
6 janvier 2024 à La Collective.
Body Prints est une série d’empreintes de corps sur papier photographique argentique.
Les participant-e-x-s appliquent de la vaseline sur leur peau et réalisent des empreintes sur le papier photosensible. Le papier est ensuite révélé avec du caffénol, et laissé à sécher sur place.

Deux premières empreintes réalisées par Anaïs Virg et Stéphanie Probst le 5 janvier, accrochées dans l’espace d’exposition.
Deux empreintes réalisées sous forme de performance lors du vernissage le 11 janvier 2024, accrochées ensuite.

Images : Clem Guilliéron

Images : Valentin Boada @pocbnui

2023 Analog live TV – Playground CPG/Mamco/CAC

Installation interactive de médiation proposée pour le nouvel espace Playground en collaboration entre le MAMCo, le Centre d’art contemporain et le Centre de la Photographie à Genève.

PLAYGROUND : Rue des bains 34 : mercredi, samedi et dimanche, 11-18h.

PLAYGROUND réunit, sur deux salles communicantes et une superficie de 250 m2, une collection contemporaine de jeux d’artistes en libre accès et un espace d’ateliers dévolu à des activités de médiation. Un programme annuel et gratuit, accessible à tous les publics et dirigé par des médiatrices expérimentées, est proposé sous forme de rendez-vous pour aborder l’art de manière ludique.
Au cœur de cet espace se trouve une collection de jeux créés par des artistes et conçus pour être manipulés par tous les publics, dès le plus jeune âge. Cette initiative vise à offrir une expérience artistique par l’exploration sensible. Le premier épisode, qui s’étend sur une année, présentera sept jeux d’artistes à expérimenter, des artistes Rasheed Araeen, Vidya Gastaldon, Stéphanie Probst, Neide Sá, Denis Savary, Alexia Turlin et Galaxia Wang.
PLAYGROUND agit comme passerelle entre les expositions et les publics du MAMCO, du Centre d’Art Contemporain Genève et du Centre de la photographie Genève. Il fonctionne également comme espace d’ateliers pour leur programme pédagogique commun, pensé en parallèle aux expositions : du tissage au « ready-made », en passant par le cinéma, la photographie et le travail sonore, plusieurs techniques et médiums seront explorés lors de « workshops » menés par des artistes invité-es et des médiatrices. A la fois pédagogiques et ludiques, ces moments de partage, d’apprentissage et de création viennent enrichir et nourrir la médiation culturelle au sein du Bâtiment d’Art Contemporain (BAC). 
PLAYGROUND fait partie d’une série de projets de préfiguration du fonctionnement du BAC après sa rénovation prévue en 2025-2027. Ce nouvel espace de médiation, situé au rez-de-chaussée du bâtiment, est un projet porté par le MAMCO, le Centre d’Art Contemporain Genève et le Centre de la photographie Genève.

2023 Solo show – La Galerie aux grottes

Assemblage de deux projets en relation avec la représentation du corps des femmes*.
Portraits des séries en cours Camera Intima (2020-…) et Body prints (2023-…)

Camera Intima, est une série de portraits de femmes réalisés entre 2020 et 2022 à l’aide de la technique du sténopé (canette percée d’un trou et munie de papier photo).
La prise de vue intervient après un entretien avec l’artiste autour de la question de la relation à soi et au corps. Un temps de pause long et la discussion permettent d’instaurer une collaboration avec les modèles qui prennent pleinement part à la création des images et dont le consentement est pris en compte tout au long du processus. Les tirages présentés sont des contacts réalisés en chambre noire à partir de négatifs papier.
Merci à Chloé, Léandre, Elise, Nathalie, Alina, Aline, Carine, Fanny, Julie, Laurie, Lucie, Ludivine, Maurane, Noémie, Pamela, Shanti, Sibylle, Simone, Héloise, Maeli, Morena, Mylène … pour leur participation.

Body prints est une série d’empreintes de corps réalisées à l’aide de la technique du « chimigramme ». Créées par l’artiste seule ou lors d’ateliers collectifs, voire  de performances. 
Les participant-e-x-s réalisent des empreintes de leur peau enduite de vaseline sur le papier photographique. L’image est ensuite révélée grâce à la chimie photo qui noircit le papier et laisse l’empreinte vierge. Le papier est ensuite lavé et séché. Les images ne sont pas systématiquement fixées, ce qui laisse le papier prendre des teintes à la lumière.
Les images présentées ici sont soit réalisées par Stéphanie Probst  (encadrées et grand format rose), soit issues du workshop collectif ayant eu lieu au fesses-tival, en octobre 2023.
Merci à Amanda, Cheryl C., Sara Brambilla, Romy, Anna Iatsenko, Patricia Staheli, Viviane Urio, Mirella Helger

Expo à la Galerie 9 nov.23

Exposition de tirages originaux de la série Camera Intima et d’impressions uniques (chimigrammes) réalisées par l’artiste ou collectivement à l’occasion du workshop « body prints » au fesses tival 2023.

Workshop [reporté]
« Body prints » collectif prévu le 18 novembre, horaire à confirmer, sur inscription : contact(at)stephanieprobst.ch
8 places, prix libre, conseillé 40.-.
En mixité choisie sans hommes cis.

Visites libres aux horaires de l’association la galerie ou en journée, sur rendez-vous, jeudi/vendredi/samedi : contact(at)stephanieprobst.ch

Camera Intima – work in progress (2020-…)

Camera Intima parle des femmes, de leur rapport à leur corps, de leurs perceptions et de leurs vécus. Le projet s’adresse à toute personne s’identifiant comme femme. 
Chaque étape est basée sur la confidentialité et le consentement. La participante et l’artiste ont d’abord une conversation informelle sur le corps des femmes et leurs perceptions. Les questions posées et peuvent être librement engagées, ou non, par la participante. Alors que l’entretien est enregistré (mais confidentiel), l’échange est informel. Cela crée un espace de confiance dans lequel les idées et les émotions peuvent être partagées dans un environnement safe. La participante choisit ensuite de participer, ou non, au projet photo. Puisque l’on parle de corps, elles peuvent être nues, partiellement nues ou habillées. 
L’élaboration de l’image est une collaboration entre l’artiste et la modèle. L’appareil photo est un sténopé (une canette en alu percée d’un trou), utilisé dans des conditions de studio. En raison de la spécificité de la technique, le temps de pose est de 5 minutes. C’est un acte de performance, d’immobilité et de patience pour les participantes. L’image est développée immédiatement et peut être approuvée ou rejetée par la modèle. Elle peut quitter le projet à tout moment. 
L’original est un négatif sur papier photo de 13×18 cm. Ils sont scannés et passés en positifs numériquement. La participante reçoit un tirage en échange de sa participation. La forme de la boîte crée des distorsions, du flou qui induit une sorte d’état de rêverie chez les spectateurs. Cela change la façon dont nous nous voyons et remet en question les normes et attentes habituelles vis-à-vis des corps féminins. Les interviews sont transcrites (les enregistrements détruits). L’artiste recueille des phrases et les mélange pour en faire un portrait pluri-vocal qui peut être lu ou diffusé (Ecouter l’audio) pour accompagner les images. 

In autumn 2019 I discovered I had a thyroid cancer and I had surgery to remove it.

I took some hormones replacement, but it begins very low and augment little by little. It had an effect I didn’t know : I was tired, not hungry, and gained weight. I had to adjust to a new body that I didn’t recognize. My moves, my way of walking, the clothes… It affected everything.

On the purpose of exploring this new vessel, I tried to photograph myself. I am a pinhole photographer so I did it with my beercancameras. I was thinking about these feminists who discover themselves with a mirror, I tried the same process. The pinhole beercan doesn’t exactly reflect reality. It’s distorted, the time of exposure is longer… But I thought this was more accurate of the real, breathing and living human that I am. It’s a slice of five minutes of life, breathing, blood pumping, and everything a body does.

I decided to share this process with other women and explore the way we get through life

with our body and what affects us as women. We share many experiences, maternity, pleasure, distress, menopause, childhood, abortion, and many feelings and situations.

The process is : a casual talk about them and their relationship to their body. I listen to everything and I also share my experiences. After, we decide if we make the picture. They decide how they want to pose and I arrange it. I go out of the room if needed. It’s time for them to think, be proud, or just sit. When the image is out they choose if it’s part of the project or not. They receive a print in exchange.

The point is to make a series of as many women possible, a portrait with thousand facets.

The images are to be viewed with some excerpts of the discussions, mixed like thousand voices.

Vous souhaitez participer au projet ?
Contactez-moi par mail : stephanieprobst(at)darksite.ch